ImmersionPréalpes

Ganagobie. Abbaye bénédictine. Blottie à l’air libre. Mystique et ouverte sur le monde. J’ai profité d’une escapade dans le magnifique territoire des Alpes-de-Haute-Provence, pour me poser un moment. Je ne pensais pas y vivre ce que je vais vous dire… Comme de coutume, j’ai capturé 3 mots clés qui font de ce lieu, une promenade à part dans ce monde.

Sourire

Comme ça fait du bien de voir des marcheurs heureux. Tout sourire. A 350 mètres au dessus du lit de la Durance, on lit sur les visages une forme d’insouciance. Nous ne sommes pas dans le sourire béat, mais bien dans quelque chose de presque imperceptible, que seule l’idée de venir sur place vous procurera. Comme si nous laissions le quotidien en contrebas. Et même ce contrebas paraît merveilleux d’ici. Nous y ferons escale tout à l’heure dans le récit. Nous irons voir la Durance. Dans une minute promis. D’ici là, laissons éclater le deuxième mot qui voltige à travers les murets malicieux.

Hors du temps

Dix siècles. Une plume à peine dans l’aile du temps qui passe. Pourtant ici à Ganagobie, le temps s’arrête. J’aurais volontiers coupé mon smartphone (qui s’est d’ailleurs éteint de lui-même, comprenant que dans de tels lieux, le virtuel ne fait pas le poids face au réel). Mon Apple est tombé dans les pommes pour que le temps retrouve des couleurs. Les linteaux festonnés, ces statuettes de pierre bronzent au soleil d’octobre. L’été indien à bout de souffle répand des perles d’or sur les feuillages dans un ultime sursaut. On se sent bien. Car suspendu au temps. Il est l’heure pourtant, l’or même de redescendre. L’horloge tourne. Le temps reprend. Mon portable se réveille.

Chercheur d’or

17h37. Manosque en toile de fond. La Durance aquarelle la vallée d’un bleu profond. Mais ici, d’autres couleurs paradent. Le jaune se pare en lingot feuillu. Pas besoin de tamis ici pour récolter les pépites. Je n’ai qu’à contempler l’automne qui lance son baroud d’honneur. Les bihoreaux ragaillardis par de telles couleurs se font des nids de luxe pour quelques heures.

En pleine nuit, j’imagine bien les arbres dorés se grimer en réverbères, éclairer l’avenue de Durance, offrir aux passants à nageoires et quatre pattes, la plus belle des virées nocturnes. Une loutre assoupie face à Volx au lointain éclairé. Un héron aux envies folles de piquer une tête jusqu’à Serre-Ponçon. La Durance en cette saison est un lieu inspirant. Il est l’heure pour moi de redescendre vers Aix. Les batteries rechargées.

La jauge de l’imaginaire au beau fixe, venez tester à votre tour les territoires des Routes de la Lavande.

Le coin des adresses à tester !

Cet hiver, je recommande des petites adresses coups de cœur, à explorer en Provence…

Le Mas Saint Joseph, une ancienne ferme qui saura vous accueillir à merveille à moins de 10 minutes du lieu où a été réalisé ce reportage.

Le Jas des Seignes, un superbe gîte 3 épis Gîte de France, avec une vue imprenable sur la Vallée de la Durance.


Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires