Bouches du RhôneImmersion

La Camargue et ses guitares nomades

Au couchant de novembre

M’amène dans une sacrée balade

Un plat pays où tout prend un relief, dans la brume d’ambre

Le Grau du Roi au loin, c’est l’appel du soir

Les flamands imaginent les salins comme des patinoires.

J’entends l’éclaboussure des toits de Saint Gilles

Vauvert plus loin, trente mètres de haut, on serait presque pris de vertige

Le Rhône largue les amarres vers cette île mandarine, ce ciel

D’Arles, la magie ne manque pas de sel.

Le Gard joue aux cartes avec l’horizon cévenol.

Nuages de pique, vallées de cœur.

Les manades, d’air frais, prennent un grand bol.

Les Saintes-Maries-de-la-Mer suivent de loin les joueurs.

Les Alpilles placent leur pion du plaisir, à travers les Baux et les ruelles.

Huit degrés, les routes de Camargue le soir rivalisent d’étincelles.

 On se sent en route.

De passage.

Éphémère.

De voyage.

De Nîmes à la mer.

Bohème

Ainsi se referme ce poème.

Quelques pépites en Camargue…

Pour refermer ce poème, je vous conseille vivement les Ferrades, traditions camarguaises pour toute la famille. Réservations.

Et pour passer un moment inoubliable entre l’Etang de Vaccarès et Arles, le Mas Montredon, demeure d’hôtes de charme du XVI siècle saura vous faire galoper de bonheur et de sérénité. 


Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires