Bouches du RhôneCôte d'AzurImmersionPréalpesVarVaucluse

Question décalée

On y répond, vous me suivez ?

Avant d’attacher vos ceintures, un petit son de Youtube

Qui vous donneront envie de lire avec un petit goût d’aventure

 Google Maps ou intuition

Bonne vieille carte ou déraison

Les trajets sont multiples pour prendre nos routes après le boulot,

La mélancolie rangée dans le tiroir de l’hiver, adieu bureau.

Dans quel coin de Provence allons-nous poser vos ailes ?

Image associée

Fontaines

Frémir

Tonnelles

Même rengaine

Amis et rires

Odeurs de thym les soirs ensoleillés

Les sensations s’invitent au dîner.

21h38, l’étoile toujours pas couchée

Reprend du rab avec la Camargue au lointain.

Nomades. Soleil s’éclipse. Et Avignon se dresse.

Finissons sur les planches au détour de juin, temps des kermesses.

Plaisir et nous, on est ce soir tous ex-aequo

Du joyau de Gordes à la frénétique Monaco

On se perdrait presque avec sa moitié dans les jardins de la Principauté, interdits de nuit

On irait nager dans le Verdon, là où y’a pied, à l’abri des hagards

On laisserait ce filet mandarine dans le ciel, telle une luciole géante émue au hasard

Image associée

Ou aux Docks, ou au Prado, ultimes arènes de gaieté

Ou à Cannes, tapi dans l’ombre des projecteurs

Vous piquerez une tête vers les palmiers

Où que vous soyez en Provence ce soir, laissez vous porter…

On peut filer vers le Var, Six Fours

Se poser sur un quai ouvert à double tours

Quand soudain, l’envie se fait de filer vers les Alpes.

Lacets enlacés, loin de lasser, cimes prélassées

On y est, 22h00, la nuit dresse sa nappe

On se prend à se poser près de l’Ubaye, terres de varappe

Il fait doux. Chacun pense alors à ce qu’il fait ici…

De ces gosses, hauts comme trois pommes, qui snappent sur la Prom’

De nous, jeunes insouciants posés sur les terrasses d’Aix enhardies,

Des parents qui ont The Voice en fond, le regard perdu vers ce mûrier qui a bien grandi

De ces vétérans qui s’étendent sur un hamac d’un jardin durement acquis

Dans cette Provence qui a quand même de sacrés airs de paradis.

Récit écrit en 11 minutes, première heure du printemps à 1h11…

Article écrit par Grégory Cordero, conseiller en écriture, stratégie de contenu et réseaux sociaux pour hébergeurs…

 

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires