ImmersionVaucluse

A Lourmarin au petit souffle de janvier, on se brûlerait les ailes de plaisir si nous en avions. A force de voltiger délicieusement son regard de toits en toits, ruelles en venelles, boutiques soldées et château lointain, on a fait une drôle de rencontre, vous la découvrirez un peu plus bas… Vous nous suivez dans les rues ?

11h38, le mistral tape la discute aux terrasses animées de la Luce d’Angeuse et ses quiches aux petits oignons. Juste à côté, au Comptoir 2 Michel Ange, un parfum de charcuterie corse ploie sous les ombres d’un soleil enjôleur. Je profite de janvier. Sans la cohue bienveillante des chaudes journées d’été. L’ambiance d’un Lourmarin d’hiver, c’est avant tout un esprit de village. De gourmandise à la fois défendue et généreuse.

Et puis ce lointain château qui ouvre à 14h30 en basse saison. La Basse Saison. Mais ici, je vous assure d’une chose, c’est qu’il n’y a pas de bassesse, ni de nivellement par le bas. On est dans le must, même aux confins de janvier. Le must de la tranquillité, du sieston jusque sur les panneaux.

Après une halte au cosy Maison Café, il est temps d’aller voir ce fort qui nous fait de l’œil au loin. Un peu plus tard, le château se réveille d’entre les oliviers, alors que le soleil à la crinière jasmin, galope vers le Sud Ouest. A 14h40, on s’immisce dans ce magnifique domaine dont vous trouverez tout ce qui faut niveau histoire sur place (ou sur Luberon Côté Sud).

Toc, toc, toc. Ça ouvre. Allons voir.

Imprégnons-nous de l’ambiance. Cheminées gargantuesques, lustres d’antan, tapis, cartes du monde, pianos, explorations, Indes, Camus, vaisselles flambantes, plumes qui jettent l’encre et petits meubles d’ébéniste.

L’atmosphère se fait imaginaire. Le zeste d’un instant, on pense aux Pirates des Caraïbes, aux disneys féeriques et aux escaliers d’Harry Potter.

Il est l’heure de se dire au revoir pour aujourd’hui. Lourmarin l’hiver, c’est la rencontre avec… la Provence secrète. Celle qui se dévoile hors saison de manière particulière, gracieuse, flottante, à son rythme. Celle qui conjugue le passé des pierres, et la future promesse des beaux jours, pour distiller au compte-goutte, la magie du présent.

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires